Ne brûlons pas ce que nous avons adoré.

Publié le par Samia

Alors que nous avons dit, dès la sortie des premières fringues mesh, tout le bien que nous pensions de cette innovation, dont le potentiel nous semblait considérable, il nous a été longuement expliqué que non, ça ne marcherait jamais, c'était trop lourd pour les viewers, ça n'allait pas aux avatars, etc etc etc...

Nous avons néanmoins persisté et continué de vous présenter nos découvertes mesh, qu'il s'agisse de vêtements, de chaussures, d'accessoires ou de bijoux. 

Ô surprise, au bout de quelques mois, c'est maintenant l'excès inverse qui se produit. 
Plus rien ne serait portable en dehors des vêtements mesh, les flexi seraient ridicules, les sculpts importables, et ne parlons pas des fringues système, qui constitueraient l'acmé de la ringardise. 

Eh bien non, nous ne sommes pas d'accord avec cet excès, pas plus que nous ne l'étions avec l'excès précédent.

D'abord parce que les FFV ont toujours considéré que les techniques utilisées n'avaient pas de valeur en elles-mêmes. Seul importe le rendu final. 
Ensuite, parce que les techniques "ante-mesh" permettent encore de superbes résultats, associées à des meshes (comme Mon Tissu l'a fait avec bonheur) ou en elles-mêmes.
Enfin parce que depuis la création du groupe, bien avant l'ouverture du blog, notre raison d'être est de proposer un regard critique. Critique sur les créations, comme critique sur les engouements. Nous aimons la mode, pas forccément ce qui est à la mode.

La nuance est d'importance.
Nous sommes très fières d'avoir rejeté par principe tout comportement moutonnier, dans l'éloge autant que dans la critique.
Ca nous permet aujourd'hui de regarder nos plus anciens articles sans en avoir honte, ou même sans avoir envie d'y changer le moindre mot. 

Et nous continuerons évidemment à tenir ce blog en suivant cette conviction. 

Du coup, une tenue du jour constituée de vieilleries, toutes faites avec les techniques anciennes, et qui pourtant reste parfaitement actuelle, compte tenu du style et du type de fringues. 

tdj-05-24-b-copie-1

Un pantalon de coton blanc de chez Ce Cubic Effect. Ancien, mais impeccablement texturé, avec des prims soignés pour donner du volume. 
Un top bleu de chez Armidi, là on est plus dans l'ancien, mais carrément dans l'antiquité. Mais dont le texturage tout simplement parfait peut encore servir de leçon à beaucoup.
La paire de tennis en toile de chez Detour, le bracelet Hi-Flo, les lunettes PrimOptic (même pas sculpt, juste des prims parfaitement buildés et assemblés), les cheveux Analog Dog ... sont tous vieux de plusieurs années. Et irréprochables.

Il en va d'ailleurs de même pour le décor : la photo a été prise sur Arcachon, une région ancienne elle aussi, buildée et texturée sans soumission aux diktats du moment. Et, du coup, toujours aussi superbe, dans l'esprit comme dans la réalisation. 

Le prochain post sera à propos d'une créatrice de meshes que je viens de découvrir. 
Parce que son talent justifie un post.
Pas parce que les meshes sont "à la mode".  

Publié dans Coup de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article